Présidentielle : des hebdos aussi engagés que la presse nationale

En cette année électorale, certains journaux ont arboré des positions aussi tranchées que dans les rédactions parisiennes. Revue de presse parallèle.

À La Voix de la Haute-Marne et à La Croix, l’espoir fait vivre

Ce 28 avril, Pierre Schmidt n’y va pas par quatre chemins. Dans son édito dans La Voix de la Haute-Marne, le rédacteur en chef assume : « J’écartera[i] Marine Le Pen et votera[i] donc Emmanuel Macron au second tour. » La presse catholique n’a pas pour habitude de soutenir un candidat à la présidentielle. La Croix, par exemple, n’a donné des consignes de vote à l’élection suprême que lors du second tour entre Le Pen père et Chirac en 2002… et cette année. Son double local a estimé que Marine Le Pen menaçait une des valeurs cardinales de sa ligne éditoriale, l’espoir. Dans La Voix de la Haute-Marne, la dénonciation du « repli dans la maison vermoulu » fait écho à celle des « clôtures autour de la France » dans La Croix du 2 mai.

La Manche Libre aussi bleue que Le Figaro

2007, 2012, 2017… Les années passent et le premier hebdomadaire de France apporte toujours son soutien au candidat de la droite. Les déboires judiciaires de François Fillon n’y ont rien changé. Noëlle de Sonis, en une de l’édition du 20 avril, estime que « au vu du choix, François Fillon nous semble avoir davantage la carrure pour occuper le poste ». Le Figaro, son pendant national, a le même attrait pour lui. Paul-Henri du Limbert, le 22 avril, affirme que « François Fillon préconise la seule voie qui puisse remettre la France d’aplomb ». La Manche Libre, comme Le Courrier de la Mayenne, ont une tonalité droitière, en phase avec leurs territoires. Le natif de la Sarthe a dépassé les 20 % des voix au premier tour de la présidentielle en Mayenne et dans la Manche.

 

Liberté Hebdo et L’Humanité, un même combat communiste

Qui a écrit dans son édito du 21 avril « Jean-Luc Mélenchon doit faire le plein de voix dès le premier tour » ? Non, ce n’est pas le journal de Jean Jaurès mais Liberté Hebdo, un hebdomadaire communiste du Nord. Le même jour, L’Humanité n’en écrivait pas moins : « Le score de Jean-Luc Mélenchon est un investissement pour l’avenir. » Après la non-qualification du héraut de la gauche radicale, les deux journaux ont claqué les mêmes unes. Le 5 mai, l’hebdo régional envoie un « carton rouge pour le FN » quand le 24 avril L’Humanité affiche son « Jamais ». Les deux appellent à voter pour Macron mais, préviennent-ils, « dès le 8 mai, on combat [son] projet libéral ». À commencer par un bon score de la France insoumise aux législatives. Jusqu’à la victoire, toujours, disait Castro !

 

Le Faucigny dans les pattes incisives du Canard Enchaîné

Comme son grand frère parisien, les pages du Faucigny sont en noir et blanc et sont remplies de caricatures. © Le Faucigny

On l’appelle Le Canard Enchaîné de Haute-Savoie. Dans ses « Élucubrations », Le Faucigny fait son bilan moqueur avant le premier tour. Fillon ? « [Il] a peut-être été le plus honnête des candidats à cette élection… En montrant dès le début de sa campagne qu’il ne tiendrait pas ses promesses. » Hamon a eu aussi droit à sa pichenette : « Il est vrai que le candidat n’a pas eu de chance. Pour l’instant, personne ne lui a trouvé la moindre casserole capable de lui offrir la couverture qu’il mérite. » Cet humour grinçant, Le Faucigny l’a adopté en 1986. Il a gagné au fil des ans son statut de journal le plus redouté du département. Le maire de Bonneville, Martial Saddier, l’illustrait dans un article de La Croix en 2008 : « Le Faucigny […] peut ressembler à ce coup de vent qui vous fait chavirer. » Cela ne vous rappelle rien…

Jérôme Hereng